Un but au Pic de l’Aspre

Samedi 7 août, direction la vallée de l’Artiès en Ariège pour gravir le Pic de l’Aspre par les crêtes en compagnie de Christophe et Laurent.

Arrivés au parking de la centrale de Pradières en fin d’après-midi, nous décidons de faire une portion de rando avant d’installer le bivouac.

Nous entamons donc la marche en suivant la direction de Goulier et nous trouvons finalement un endroit pas trop mal à la sortie du bois, à la jonction avec le GR10. Après une bonne grillade, nous nous installons pour la nuit dans les pentes herbeuses surplombant le chemin. Nous avons droit à un ciel magnifique, constellé d’étoiles.

Pic de l'Aspre

Pic de l'Aspre

Christophe gère le feu.

Pic de l'Aspre

Le lendemain, réveil à 4h45 pour décoller à 6h.

Nous suivons vers le sud un long chemin horizontal avant de bifurquer vers le nord pour rejoindre une ruine. A partir de là, faute d’avoir trouvé le sentier, nous avons tiré droit dans la pente pour atteindre la crête.

Pic de l'Aspre

Pic de l'Aspre

Dans les pentes raides sous la crête.

Pic de l'Aspre

La Pique d’Endron.

Pic de l'Aspre

Pic de l'Aspre

Pic de l'Aspre

le Pic de Font Blanca.

Pic de l'Aspre

Pic de l'Aspre

Pic de l'Aspre

Au bout de la crête, le Pic de l’Apsre !

Pic de l'Aspre

Après le second ressaut.

Pic de l'Aspre

Pic de l'Aspre

L’étang d’Izourt.

Pic de l'Aspre

Pic de l'Aspre

Dans les pentes raides sous le second ressaut que nous avons évité.

Pic de l'Aspre

A partir de là il était difficile de récupérer la crête et nous avions trop de retard sur l’horaire. Nous avons donc décidé de redescendre sur Izourt, ce qui ne fut pas une mince affaire. Trouver un passage pas trop exposé n’a pas été chose aisée !

Pic de l'Aspre

Sur le chemin du retour, au dessus d’Izourt. Au fond, le Pic de l’Aspre.

Le retour en vallée d’Artiès est prévu pour très bientôt, on est restés sur notre faim ! Cette fois, avec bivouac pas loin de la voiture et sacs plus légers.