Deux jours de rando dans le Donezan, en Ariège

C’est avec un grand plaisir que nous avons retrouvé le chemin de la montagne ce weekend, pour deux jours de rando dans le Donezan.

Au départ du parking de la Restanque, sur les hauteurs de Mijanès, nous avons commencé par rejoindre les étangs de Rabassoles avant de faire l’ascension du Tarbesou puis de suivre l’élégante crête du Sarrat des Escales qui devait nous mener à l’étang des Llauses pour un bivouac hors du temps.

Le lendemain, après avoir enchaîné l’ascension du Roc Blanc et du pic de Baxouillade, nous avons rejoint la Restanque via la coume de Barbouillère et la plaine d’Artigues.

Durant ces deux jours nous avons franchi le col de la Coumeille de l’Ours, nous sommes passés sous la Couillade des Bourriques et nous avons plongé dans la coume de Barbouillère depuis la Porteille de Baxouillade, poésie ariégeoise.

C’est parti !

Nous entamons la montée aux Rabassoles depuis le nouveau parking de la Restanque. C’est un endroit que nous connaissons bien et que nous avons plaisir à retrouver. La dernière fois que nous sommes passés par là on n’y voyait pas grand chose 🙂

Passage à guet sur le ruisseau d’Artounant

Le premier étang de Rabassoles est rapidement atteint. On passe ensuite à proximité de l’étang Bleu et de l’étang Noir avant de s’élever vers le col de la Coumeille de l’Ours.

Pause contemplative au dessus de l’étang Bleu

L’étang de Rabassoles

On s’élève sur les flancs du Tarbesou

Les trois étangs de Rabassoles

Des randonneurs sur la crête du Sarrat des Escales, que nous allons parcourir après le Tarbesou

Avant d’attaquer l’ascension du Tarbesou nous nous trouvons un petit coin à l’abris pour casser la croûte. Le vent est cinglant et le froid vif, mais en contrepartie le ciel est immaculé. On ne s’en plaint pas !

Un vent glacial nous accompagne tout au long de l’ascension et ne nous quittera quasiment pas du weekend

Le Roc Blanc et le Pic de Baxouillade que nous gravirons le lendemain

La face Est de la Dent d’Orlu, entre ombre et lumière

La vue au sommet est dégagée et l’on voit très bien la suite de l’itinéraire.

L’arrête très esthétique du Sarrat des Escales

Impossible de louper le chemin !

Vers l’inconnu

Le Valier sur la droite et le Pic Rouge de Bassiès à gauche, tous deux facilement reconnaissables

Le massif du Saint Barthelemy et à son pied les falaises du Quié de Sinsat

Des arbres décimés, visiblement brûlés

Un sommet qui a de la gueule !

Nous entrons dans la réserve d’Orlu

On longe la crête du Sarrat des Escales puis celle du Sarrat de Gabensa, tantôt d’un côté, tantôt de l’autre, jusqu’au col de l’Egue d’où l’on domine l’étang de l’Estagnet.

Toujours sous l’oeil de la Dent

Une fois passé le col, nous contournons le pic des Llauses avant de rejoindre l’étang éponyme où nous trouvons un coin idéal pour installer notre camp.

L’étang des Llauses, dans son écrin, près duquel nous installerons notre bivouac

Un superbe balcon

Un cadre exceptionnel pour profiter au maximum de la douceur du soleil et à l’abris du vent !

Les derniers rayons

Nous dégustons une petite bière et quelques verres de Caipirinha (merci Bertrand) avant de nous glisser dans les duvets dès que le soleil disparaît.

Après une nuit pour le moins frisquette nous nous remettons en marche en direction de la Porteille de Barbouillère, en suivant le GR7B fraichement rebalisé. L’endroit est sauvage.

Dent d’Orlu et Quié de Sinsat sur le même cliché, deux hauts lieux de la grimpe en Ariège

Le col de Laurenti est en vue

A la Porteille de Barbouillère nous planquons les sacs et longeons la face ouest du Roc Blanc jusqu’au col de Laurenti. J’avais déjà emprunté cet itinéraire avec Bertrand alors que nous venions du vallon de Baxouillade.

Sur les flancs du Roc Blanc

La Camisette et le Tarbesou depuis le sommet du Roc Blanc

En arrière-plan, le Carlit enneigé

Après le Roc Blanc direction le pic de Baxouillade qui offre une très belle vue sur les Perics.

Au sommet du pic de Baxouillade, vue imprenable sur les Perics

Le Roc Blanc et l’étang du Laurenti depuis Baxouillade

Nous avons ensuite rebroussé chemin jusqu’à la Porteille et sommes descendus tranquillement par le GR7A jusqu’à la plaine d’Artigues.

Dans la coume de Barbouillère, après avoir passé la Porteille du même nom

Vertes pelouses

La cabane de Bousadus du Bas

Ne restait plus qu’à parcourir les 4 km de piste jusqu’au parking de la Restanque.

Retour au parking de la Restanque sous l’oeil du Roc Blanc

L’itinéraire de la rando :