Ascension du Mont Valier et bivouac à l’étang Rond

Le weekend dernier nous nous sommes retrouvés à 5 copains pour la désormais traditionnelle rando de la rentrée, initialement prévue dans les Hautes Pyrénées pour réaliser l’ascension du Vignemale. Les mauvaises conditions météo annoncées nous ont finalement décidés à nous rendre dans le Couserans, en Ariège, pour gravir le Mont Valier après un bivouac à l’étang Rond.

Fidèles à nos habitudes nous sommes partis ultra chargés, avec de quoi tenir au moins une semaine en haute montagne.

Après quelques courses au marché de Saint-Girons nous rejoignons le Pla de la Lau et la Maison du Valier, départ de la rando, dans la vallée du Ribérot.

Altitude : 927 mètres.

Le ciel est légèrement voilé et il fait très lourd lorsque nous nous mettons en marche.

aaa

Il y a bien quelqu’un derrière le sac à gauche, c’est Bertrand 🙂

Quelques minutes après le départ, une passerelle enjambe le ruisseau du Ribérot pour filer rive droite en sous bois, dans une superbe hêtraie.

aaa

Passerelle sur le Ribérot

aaa

Impossible de se perdre !

aaa

Un peu de fraîcheur dans la hêtraie

1h30 plus tard, le chemin passe près de la cascade de Nérech. Un bon prétexte pour une pause !

aaa

La cascade de Nérech

aaa

GR transfrontalier

aaa

Pour nous c’est à droite

aaa

C’est lourd !

aaa

L’étang se cache derrière le verrou rocheux

L’étang Rond (1929 mètres) est atteint après 4 heures de marche et nous trouvons un petit emplacement de bivouac pas trop mal pour nos deux tentes. A ce moment un dilemme se pose : via ferrata ou mojito by Antonio ? Après une longue rapide réflexion nous choisissons à l’unanimité la seconde option.

La via ferrata des Estagnous était en effet l’un de nos objectifs, mais nous avons préféré nous préserver pour l’ascension du lendemain.

aaa

Toi d’abord 🙂

Je ne résiste pas à faire quelques brasses tellement l’eau est limpide, mais elle est aussi très froide ! Ce sera une courte baignade.

aaa

Un beau cumulus en formation

Comme annoncé à la météo, de gros nuages traversent le ciel, mais il ne tombera pas une goutte de pluie,  nous aurons seulement droit à un petit coup de tonnerre.

aaa

Mojito time !

aaa

Reflet

aaa

Le pic des Trois Comtes

aaa

Notre petit bivouac

Après une courte nuit nous levons le camp à 5h00 pour profiter des lumières de l’aube. Le ciel est partiellement voilé et il fait déjà très doux.

45 minutes plus tard nous rejoignons le refuge des Estagnous, à 2246 mètres d’altitude. Tout est calme, ça dort encore. Nous en profitons pour poser les sacs et après une petite pause nous entamons la montée finale vers le sommet.

Une fois n’est pas coutume, on se plante sur l’itinéraire et on vient butter sous une muraille en rocher pourri… Heureusement le bon chemin est vite retrouvé.

aaa

Aux premières lueurs du jour sur les pentes finales du Valier

Nous parvenons au col de Faustin avec les premières lueurs, l’ambiance est fabuleuse, et cela nous donne un coup de fouet pour gravir les derniers mètres qui nous séparent du sommet.

aaa

Derniers lacets avant le sommet

Seuls au sommet, nous profitons au maximum du spectacle qui nous est offert.

aaa

Lever de soleil au sommet du Valier

aaa

aaa

Au creux de la face nord-est du Valier se cache le glacier d’Arcouzan, qui a la particularité d’être le plus oriental des Pyrénées, et le seul d’Ariège. Il est aussi l’un des plus petits et le seul qui se situe dans un massif à moins de 3000 mètres d’altitude.

Une autre de ses particularités est qu’il est l’un des rares glaciers, sinon le seul des Pyrénées à ne pas régresser, en tout cas pas aussi rapidement que les autres glaciers de la chaîne, du fait notamment de sa situation. Enfin, son accès est difficile voire périlleux.

Je vous invite vivement à vous rendre sur ce blog où sont recensées et décrites en détail 3 variantes d’accès au glacier. Ce sera d’ailleurs le but d’une future rando en Couserans !

Précision de l’auteur du blog :

Les accès par la vallée d’Estours sont dangereux. Même par temps clair, on hésite sur le cheminement. Faire attention au brouillard qui peut arriver très vite dans ce coin.

aaa

Le beau glacier d’Arcouzan

aaa

Beaucoup de crevasses en cette fin d’été

aaa

aaa

Les étangs d’Arauech et de Milouga

aaa

L’étang Long

aaa

aaa

Nuances de bleu

J’ai profité d’avoir un peu de temps pour monter au Petit Valier, accessible en quelques minutes depuis le col de Faustin.

aaa

Névés sur les flancs du Pic de la Pale de la Clauère depuis le Petit Valier

aaa

Le massif de la Maladeta et l’Aneto

aaa

En redescendant au col de Faustin

aaa

Les Estagnous

aaa

Retour au refuge et pause en terrasse en attendant le soleil

aaa

C’est parti pour la longue descente jusqu’au Pla de la Lau

aaa

L’étang Rond

aaa

Toujours lui

aaa

En arrivant à la cabane des Caussis

aaa

Bertrand dans la jungle sous la cascade de Nérech

aaa

La cascade

aaa

aaa

Ceux-là ils étaient appréciable avec la chaleur qui régnait !

aaa

La hêtraie

aaa

Toujours un marquage impeccable

aaa

Bientôt arrivés

C’est toujours un plaisir de faire l’ascension de ce sommet mythique, d’autant plus avec une super équipe ! La prochaine fois nous ferons la variante par le col de Pécouch et le chemin de la Liberté.

L’itinéraire de la rando :

  • Antonio Martin

    Une fois de plus je suis plus que ravi de avoir fait cette rando avec « L’equipe », et en voyant tes photos je redécouvre le paysage , même celui que je n’ai pas vu
    Merci et ….ça me tarde déjà

  • Merci à toi Antonio, et comme tu dis vivement la prochaine !

  • lalydo

    Incroyable cette rando! J’adore 🙂

  • nounours09

    Bonjour,
    Je vous remercie de m’avoir mis un lien vers mon blog : les voies du glacier.
    https://randocouserans.wordpress.com/2015/08/19/glacier-darcouzan/

    Je voudrais faire une mise en garde: les accès par la vallée d’Estours sont dangereux. Même par temps clair, on hésite sur le cheminement. Faire attention au brouillard qui peut arriver très vite dans ce coin.
    Mais une sacrée satisfaction lorsque l’on arrive au glacier !

  • C’est un très beau coin d’Ariège oui !

  • Bonjour,

    J’en profite pour vous remercier pour votre article sur les variantes d’accès au glacier, il est très intéressant. C’est pourquoi je me suis permis d’y faire référence.
    Je vais toutefois ajouter ces précisions dans l’article.

    Au plaisir de se croiser sur les sentiers ariégeois.