Championnat du Canigou

J’ai participé dimanche avec Laurent, pour la 1ère fois, au championnat du Canigou, une course de 34 km et 2135 mètres de dénivelé positif entre Vernet-les-Bains et le pic du Canigou. 18,1 km de montée pour 15,9 km de descente.

Bref, un sacré programme sachant que j’avais mis de côté les entrainements à la course à pied depuis un petit moment. Enfin, le but était surtout de se faire plaisir et de voir si on en était capables !

Championnat du Canigou

Après une nuit au camping de Prades et un réveil à 5h, nous voila sur la place de Vernet-les-Bains, il est 6h30, nous assistons au départ des quelques courageux dont une femme qui font la course avec une charge de 8kg sur le dos, sont fous ceux-là !

Nous on s’installe dans un bar pour boire un petit noir en attendant l’heure du départ. Il fait doux mais le ciel est bouché.

6h55, ça s’agite sur la place, flottement étrange juste avant le coup de sifflet, la pression monte un peu en se demandant ce qui nous attend là-haut.

7h pile, ça y est, c’est parti ! La troupe de 800 coureurs s’élance à travers la ville. On trouve facilement le rythme, la montée est progressive jusqu’à Casteil.

Ensuite ça se corse sérieusement jusqu’au col de Jou où l’on rencontre le 1er ravitaillement. Déjà de nombreux passages de marche. 5 km au compteur, tout va bien.

On poursuit par un chemin en sous-bois avec de bons coups de nez pour finalement déboucher sur une large piste qui nous mène au refuge de Mariailles où une foule en délire nous accueille Smiley. Un petit coup d’eau, 2-3 morceaux de pain d’épices et c’est reparti !

9 km environ, on descend au fond de la vallée. Beaucoup de monde, on est à la queue leu-leu et il est difficile de doubler.

Traversée du ruisseau puis ça remonte. 1er petit coup de mou, je mange une barre dont je sens les bénéfices immédiatement, ouf ! Peu après, 3ème ravito au refuge d’Arago. Encore beaucoup de monde, et des encouragements bienvenus ! Il fait maintenant un peu plus frais qu’en bas, ce qui n’est pas plus mal, au moins on respire.

On a le sommet en ligne de mire, il parait tellement loin ! La suite est assez pénible mais est finalement assez vite avalée. Je suis bien, je sens que j’ai de la réserve.

Derniers lacets avant le sommet, puis c’est la cheminée. Il fait déjà beaucoup plus froid et le vent s’est levé. Tout juste si le thermomètre est dans le positif. Heureux d’être là, il est 10h10, ça souffle fort et on est dans la brume. Dommage pour la vue, ce sera l’occasion de revenir.

Championnat du Canigou

La cheminée, photo prise en 2010 (voir sur Flickr).

Un petit remontant et en avant pour la descente. Prochaine étape le Pic Joffre, puis le refuge des Cortalets où nous attend un ravito.

Ca passe plutôt bien, la confiance et la forme sont là, j’arrive au refuge plus vite qu’espéré. Le temps par contre s’est sacrément gâté et on ramasse une belle averse.

La suite en sous-bois rendue glissante par la pluie s’avère assez technique, heureusement que c’est beau, ça passe mieux !

Kilomètre 26, je commence à vraiment sentir la fatigue. Le ravito de Balatg est le bienvenu ! Et dire qu’il reste encore 8 km, ça va être dur.

Les cuisses, les genoux et les pieds me font souffrir, je suis obligé de ralentir le rythme, les portions de descente raide en bitume sont un calvaire. Je me force à ne pas marcher.

Plus que 4 km, je serre les dents, ça me parait interminable. On aperçoit Vernet, c’est bon signe ! Je me colle au train de deux papys mais ils finiront par me lâcher après 2 km.

Après un dernier raidillon descendant qui fait mal aux cuisses, c’est le retour à la civilisation. Enfin le panneau « Vernet » ! Beaucoup de monde sur le bord de la route, les encouragements sont salvateurs, encore un dernier effort.

Punaise, ça fait quelque chose de franchir la ligne d’arrivée ! Un mélange de fatigue et de satisfaction, de soulagement et… d’envie de s’asseoir Smiley

5h12 – 338ème scratch – 154ème senior

Je garderai de cette course un très bon souvenir, et c’est certain, je reviendrai l’année prochaine même si aujourd’hui je ne peux pas marcher et que je risque de mettre la semaine à m’en remettre ! A souligner une organisation au top et des bénévoles qui ne manquent pas de mérite, en particulier ceux qui se sont pelés toute la matinée au sommet !

Le site officiel : http://www.courseducanigou.com

Le tracé de la course. Les temps ne sont pas les miens, c’est une trace que j’ai récupéré sur le net.